– le premier et le second discours sont un plaidoyer pour l’égalité naturelle d’une audace inouïe. Les inégalités physiques, intellectuelles ne sont pas synonymes d’inégalité morale. Discours sur la condition des grands (1670) Blaise Pascal, Discours sur la condition des grands, in Oeuvres complètes, sous la direction de Jean … Le discours s’achève sur l’invitation à abandonner le royaume de la concupiscence et à tendre vers celui de la charité. Avec quoi va-t-on racheter sa propre vie ? Il faut donc savoir que l’ordre n’est qu’apparent et que c’est un véritable désordre, mais il faut faire comme si ce désordre était un ordre véritable ; la plupart des hommes ne sont pas capables de cette doctrine et il faut leur présenter le désordre réel comme un ordre réel. En démocratie, le peuple est en droit d’attendre certaines choses des élites mais cela serait plus facile s’il cessait de les détester et de les envier. En fait le droit de propriété est un attribut divin. Tous mes voeux de réussite. Ainsi vaut-il mieux des lois imparfaites que l’absence de loi. Si c’était le cas le peuple libéré de son roi ne le chercherait pas et ne rendrait pas les respects dus à la fonction royale à celui qu’il prend pour son roi. Cela étant, il fera peut-être le salut terrestre du peuple et le sien, il n’en sera pas pour autant moins damné. Les rapports gouvernants-gouvernés sont conventionnellement établis. NB : L’existence d’ordres différents de grandeurs et de respects expose au risque de confusion des ordres c’est-à-dire à ce que Pascal appelle la tyrannie, le ridicule ou l’injustice. Vous tenez, dites-vous, vos richesses de vos ancêtres; mais n’est-ce pas par mille hasards que vos ancêtres les ont acquises et qu’ils les ont conservées? Ils vous demandent les biens de la concupiscence. La leçon est morale : le philosophe chrétien appelle dans un premier temps à la modération et à l’humilité. Vous n’y avez aucun droit de vous-même et par votre nature non plus que lui et non seulement vous ne vous trouvez fils d’un duc, mais vous ne vous trouvez au monde que par une infinité de hasards. 4)      Qu’est-ce qui fonde l’ordre social ? dernière question! Sa supériorité n’est qu’un effet de la fantaisie des hommes et des hasards de l’histoire. En ce sens l’analyse pascalienne a un caractère subversif radical et une grande profondeur. Qu’est-ce à votre avis d’être grand seigneur? 4) L’ordre social, vient-on de comprendre, n’a pas de fondement naturel. Ces deux arguments sont les plus faibles de l’opuscule. Les Évangiles affirment l’autonomie et la légitimité du pouvoir politique. 2018. En nature, il n’y a pas plus de raison d’affirmer le privilège de l’un que celui de l’autre. Download it once and read it on your Kindle device, PC, phones or tablets. La troisième est la seule qui est belle, est-elle seulement vraie ? Mais en connaissant votre condition naturelle, usez des moyens qu’elle vous donne, et ne prétendez pas régner par une autre voie que par celle qui vous fait roi. Le monarque reste fondamentalement un homme pécheur comme les autres. Premier discours sur la condition des Grands, Pascal L'objet de ce texte est de s'interroger sur la richesse de certains. 5 « La littérature morale et religieuse évoquait le bon ou le mauvais usage des divertissements, autrement dit des plaisirs mondains, mais non du divertissement qui consiste pour l’homme dans le fait de se détourner (sens étymologique) d’un ennui quasi existentiel, de la pensée de sa condition. Trois Discours sur la condition des Grands. » Aussi, Pascal n’ayant pu rédiger ces enseignements, Nicole a entrepris « d’écrire neuf ou dix ans après ce qu’il en a retenu. Il y a des gens qui se damnent si sottement par l’avarice, par la brutalité, par les débauches, par la violence, par les emportements, par les blasphèmes! D’abord il ne savait quel parti prendre ; mais il se résolut enfin de se prêter à sa bonne fortune. Dans la démocratie aussi la mesure des choses est la fantaisie des hommes et une fois que les lois sont établies, on appelle juste ce que stipule la loi. – là d’où je viens, cette forme d’attaque est amicale, j’ai voulu manquer de déférence pas de respect. Ainsi on n’a pu donner la force à la justice parce que la force a contredit la justice et a dit que c’était elle qui était juste. Cela n’est pas véritable. En effet si la force peut imposer le respect par asservissement, seul l’esprit peut appeler librement l’admiration. Vous devez vous dire mais pour qui se prend-il cet imbécile ? Sujet. Inconscient. Pourtant il a gardé son titre de roi de la création conformément à l’injonction divine : « remplissez la terre et dominez-la. 3)   Y a-t-il un salut possible de l’humanité dans l’ordre politique ? Si vous le faisiez, elle vous est acquise, et je ne vous la pourrais refuser avec justice; mais si vous ne le faisiez pas, vous seriez injuste de me la demander, et assurément vous n’y réussiriez pas, fussiez-vous le plus grand prince du monde. 7)      Quelle prescription morale Pascal tire-t-il de sa parabole? Au contraire, elle ne prend sens que sur fond de sa critique radicale de la raison dont le procès est instruit sur des présupposés théologiques. L’un unit les hommes dans l’amour de bienveillance. PDF; La Justice: Eschyle, Les Choéphores. Cette prise de conscience est nécessaire pour s’affranchir de la morgue, de la vanité, de l’insolence voire de la cruauté que se permettent trop souvent ceux qui vivent dans la méconnaissance de la vérité de leur condition naturelle et de leur condition sociale. Un autre tour d’imagination dans ceux qui ont fait les lois vous aurait rendu pauvre; et ce n’est que cette rencontre du hasard qui vous a fait naître avec la fantaisie des lois favorable à votre égard qui vous met en possession de tous ces biens. Il s’agit plutôt de la mise en forme ultérieure de notes concernant des propos tenus par Pascal vers 16601. » Relevons là une trace d’humour plutôt rare chez Pascal quand il aborde la métaphysique. Trois Discours Sur La Condition Des Grands Page 1 sur 50 - Environ 500 essais bibou 785 mots | 4 pages généralisation des mutations dans la définition du professionnalisme » (p. ... Analyse des 3 grands discours de farhneit 451 1066 mots | 5 pages Guy Montag à travers du roman. Chacun des discours pourrait servir à l’homme de bonne volonté contemporain selon sa leçon principale : Le plus surprenant est leur rapport à la justice que nous assimilons aujourd’hui volontiers au seul pouvoir de faire droit à chacun, de récompenser et de punir. Ces trois discours datent de 1670. Le Grand est donc un « roi de concupiscence. A première vue on ne comprend pas car la justice, selon la raison, n’admet pas l’arbitraire. Ce sont ces besoins et ces désirs qui les attirent auprès de vous, et qui font qu’ils se soumettent à vous : sans cela ils ne vous regarderaient pas seulement ; mais ils espèrent, par ces services et ces déférences qu’ils vous rendent obtenir de vous quelque part de ces biens qu’ils désirent et dont ils voient que vous disposez. Trois discours sur la condition des grands - Suivi de Préface pour un traité du vide et Entretiens avec M. De Sacy PDF. Et l’injustice consiste à attacher les respects naturels aux grandeurs d’établissement, ou à exiger les respects d’établissement pour les grandeurs naturelles. Il y a une justice interne à chaque ordre qu’il serait injuste de ne pas reconnaître rationnellement. Ce qui s’applique au roi, Pascal l’étend par généralisation à tous les puissants. Je ne veux pas dire qu’ils ne vous appartiennent pas légitimement, et qu’il soit permis à un autre de vous les ravir ; car Dieu, qui en est le maître, a permis aux sociétés de faire des lois pour les partager ; et quand ces lois sont une fois établies, il est injuste de les violer. » La possession désordonnée des biens conduit les puissants à oublier leur vraie nature, elle leur donne une fausse sécurité qui les éloigne de la nécessaire ascèse, elle constitue en outre un scandale public. Le philosophe oppose la cité terrestre au royaume de Dieu qui est « proprement le roi de la charité ». Les deux ordres naturels, aussi bien celui de l’esprit que celui des corps participent de cette déchéance. Celui-ci n’a pas de fondement naturel, il n’a qu’un fondement conventionnel. Qu’est-ce que la philosophie? 649 et 650). Ainsi peut-on soutenir sans contradiction que les grandeurs d’établissement sont purement conventionnelles, qu’elles dépendent de la fantaisie des hommes et néanmoins que les respects d’établissement doivent « être accompagnés, selon la raison, d’une reconnaissance intérieure de la justice de cet ordre »? Aux grandeurs d’établissement, respect d’établissement ; aux grandeurs naturelles, respect naturel. Et l’injustice consiste à attacher les respects naturels aux grandeurs d’établissement, ou à exiger les respects d’établissement pour les grandeurs naturelles. Le jeune prince épousa la fille aînée de Colbert et prit le nom de duc de Chevreuse ; il devînt à la fin du règne de Louis XIV, l’un des chefs du parti qui se forma autour du duc de Bourgogne et de Fénelon, et qui rêvait de la réforme du gouvernement en France. La fable met en scène un homme jeté par la tempête sur une île inconnue. Quelle est la fonction de la civilité? Ces gens sont pleins de concupiscence. Il a conscience de sa misère et cette conscience même est un signe de sa grandeur. Ne croyez pas que je souscrive aux implications politiques de l’analyse pascalienne et en particulier, comme vous le voyez bien, au fait qu’elle conduise à subsumer sous les mêmes catégories la démocratie et les autres régimes. Les Trois discours sur la condition des grands sont un ensemble de discours éducatifs tenus par Blaise Pascal au futur duc de Chevreuse Charles-Honoré d'Albert, probablement vers 1660 [1].Vers l'été ou l'automne 1660, des notes préparatoires aux Discours sur la condition des grands sont écrites par Pascal (fr. Les « lois » sont l’expression imparfaite de cet exercice raisonné de la justice afin d’éviter les violences du rapt, et par là-même assurer la paix sociale. C’est être maître de plusieurs objets de la concupiscence des hommes, et ainsi pouvoir satisfaire aux besoins et aux désirs de plusieurs. Ce serait sans victoire pour la vraie justice et très préjudiciable pour la paix civile (réponse à la question 6). La chose était indifférente avant l’établissement : après l’établissement, elle devient juste, parce qu’il est injuste de troubler. Le contrat social ne doit cependant pas être confisqué par les riches. Raison pour laquelle, dans son dernier discours, Pascal souligne que le salut de l’âme du « grand » est de toute façon compromis car les occasions de se perdre sont multiples. » Pensées Fragment 480 ▲ En moraliste chrétien, il utilise aussi le concept biblique d’observation exacte des devoirs religieux. Quel est le discours de Pascal sur le thème de la justice? Le rôle qu’il accepte d’endosser est une pure imposture et il y a tout lieu de penser qu’il s’expose à être démasqué un jour ou l’autre. On peut transposer ces exemples dans les usages de notre époque. En revanche, un noble scélérat ne perd pas pour autant le droit à être respecté en public, ce qui n’empêche nullement celui qui le salue de mépriser intérieurement la personne privée. Elles résident « dans des qualités réelles et effectives de l’âme ou du corps, qui rendent l’une ou l’autre plus estimable, comme les sciences, la lumière de l’esprit, la vertu, la santé, la force. Comment justifier que « la chose était indifférente avant l’établissement : après l’établissement elle devient juste, parce qu’il est injuste de la troubler » ? Vous imaginez-vous aussi que ce soit par quelque loi naturelle que ces biens ont passé de vos ancêtres à vous? Parce qu’il a plu aux hommes. Un caïd est admiré dans certains espaces alors qu’un honnête jeune homme peut être moqué. Cela n’est pas véritable. Si la pensée publique vous élève au-dessus du commun des hommes, que l’autre vous abaisse et vous tienne dans une parfaite égalité avec tous les hommes; car c’est votre état naturel. Jusque là la pure force l’a fait : ici c’est la force qui se tient par l’imagination en un certain parti, en France des gentilshommes, en Suisse des roturiers, etc. En droit  en effet la justice est ce qui est fondé en raison et il ne s’agit pas de croire que Pascal n’assentirait pas à ces propos. Discours sur la condition des grands (1670) PREMIER DISCOURS Pour entrer dans la véritable connaissance de votre condition, considérez-la dans cette image. Bonjour Frédéric « Qui ne hait en soi son amour-propre, et cet instinct qui le porte à se faire Dieu est bien aveuglé. Librairie Eyrolles - Librairie en ligne spécialisée (Informatique, Graphisme, Construction, Photo, Management...) et généraliste. C’est aussi le constat radical de la difficulté d’être grand et juste en même temps. Il élève la pensée vers les fins dernières, il invite à contempler Dieu dans sa nature profonde : « Deus caritas est », « Dieu est amour » selon la Première Lettre de saint Jean. Par exemple il montre que le talent, grandeur naturelle ne justifie pas nécessairement quelque privilège de situation ou d’argent : par là on peut penser la possibilité de l’égalité absolue des revenus, la division du travail, l’égalité d’accès à la formation etc. Leur justice n’est que de convention mais il ne s’agit pas d’en discuter la légitimité dans l’ordre qui est le leur. À ce thème entièrement neuf, Pascal consacra une liasse entière dans la partie de l’Apologie consacrée à l’étude de l’homme : il s’agissait là d’un exemple particulièrement significatif des « contrariétés » de la nature humaine. Pascal distingue les « grandeurs d’établissement » et les « grandeurs naturelles ». C’est le miracle de la foi condamnant en ce monde à la tragédie de la Croix. St Augustin, La Cité de Dieu, Livre XIV, 28. « Je veux vous faire connaître, Monsieur, votre condition véritable, car c’est la chose du monde que les personnes de votre sorte ignorent le plus. On lui a souvent ouï dire qu’il n’y avait rien à quoi il désirât plus de contribuer pourvu qu’il y fût bien engagé, et qu’il sacrifierait volontiers sa vie pour une chose si importante. Elle est surtout la justification que Dieu met dans l’âme par sa grâce. C’est dire que nul Grand ne peut se prévaloir de la véritable grandeur. À la « grandeur d’établissement », nous devons un respect pour ses signes extérieurs de puissance, mais avec, « selon la raison, […] une reconnaissance intérieure de la justice de cet ordre ». Ci-dessous un extrait traitant le sujet : Les trois discours sur la condition des grands de Pascal Ce document contient 1632 mots soit 4 pages.Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système d’échange gratuit de ressources numériques ou achetez-le pour la modique somme d’un euro symbolique. Il faut bien investir certains individus des fonctions d’autorité sans lesquelles il n’y a pas d’ordre social possible. Le récit initial reprend ces éléments antithétiques : l’homme connaît le malheur d’être « jeté par la tempête dans une île inconnue ». Ils vous demandent les biens de la concupiscence ; c’est la concupiscence qui les attache à vous. Cet ordre n’est fondé que sur la seule volonté des législateurs qui ont pu avoir de bonnes raisons, mais dont aucune n’est prise d’un droit naturel que vous ayez sur ces choses. ». Or « Il est faux que nous soyons dignes que les autres nous aiment, il est injuste que nous le voulions. Cette réserve étant soulignée, il y a un point commun entre le roi de la parabole et le roi de l’histoire. Pascal est un chrétien. Ne sait-il pas que la société athénienne produit un type anthropologique qui respecte les lois tout en pouvant, en droit, les remettre continuellement en question. Telle est la corruption constitutive de notre être. Votre âme et votre corps sont d’eux-mêmes indifférents à l’état de batelier ou à celui de duc; et il n’y a nul lien naturel qui les attache à une condition plutôt qu’à une autre. Votre âme et votre corps sont d’eux-mêmes indifférents à l’état de batelier ou à celui de duc; et il n’y a nul lien naturel qui les attache à une condition plutôt qu’à une autre. Ce sont ces besoins et ces désirs qui les attirent auprès de vous, et qui font qu’ils se soumettent à vous; sans cela ils ne vous regarderaient pas seulement; mais ils espèrent, par ces service… Le « Grand » est le noble, comte, duc, marquis, roi. C’est le problème quand on regarde les choses de loin, ou à partir de présupposés différents : pour beaucoup, Staline, Trotski et Voline sont du même tonneau totalitaire. Ils ont une spontanéité témoignant qu’en présence de certaines valeurs, la sensibilité réagit d’une certaine manière. Sa nature est une nature déchue, corrompue par le péché. » Siracide 11 4-6, traduction Bible des peuples ▲ En effet, Pascal évoque la volonté des législateurs (il sait très bien que les législateurs peuvent regrouper l’ensemble des citoyens), leurs bonnes raisons qui ne se fondent pas sur un droit naturel, la république qui n’instituerait pas l’héritage, etc. ». merci pour votre soutient. Il en est des Grands ce qu’il en est de notre naufragé. Mais ce blog est destiné à des élèves qui n’ont que trop tendance à traiter cavalièrement les grands auteurs. Il comprend : 1. Cette supercherie est l’œuvre de l’imagination. À plusieurs reprises, dans les Pensées, Pascal s’est servi de la fonction royale pour exposer le paradoxe fondamental de la nature humaine, alliance de grandeur et de misère. Mais comme il ne pouvait oublier sa condition naturelle, il songeait, en même temps qu’il recevait ces respects, qu’il n’était pas ce roi que ce peuple cherchait, et que ce royaume ne lui appartenait pas. Celui qui repousserait son état en disant que c’est un privilège et une mascarade injustifiée aurait peut être de bonnes raisons de le faire mais, en refusant de tenir son rôle, il ne permettrait en rien à la société de s’améliorer. L’ordre social repose sur l’arbitraire. Seule une raison affranchie du préjugé peut en saisir la nécessité propre et l’universalité. Mais quand cela est une fois déterminé, alors les maîtres, qui ne veulent pas que la guerre continue, ordonnent que la force qui est entre leurs mains leur succédera comme il leur plaît : les uns la remettront à l’élection des peuples, les autres à la succession de naissance etc. Bien au contraire, il reconnaît l’inquiétude de ce peuple qui a perdu son roi et n’a de cesse qu’il ne s’en soit choisi un autre. On a traditionnellement donné le nom de Dieu à cet idéal et les instituteurs légendaires des peuples ont cherché à gouverner en son nom (Moïse, Mahomet par exemple). C. Castoriadis. C’était par la première qu’il traitait avec le peuple, et par la dernière qu’il traitait avec soi-même. Il faut parler aux rois à genoux ; il faut se tenir debout dans la chambre des princes. Pourquoi ? La richesse, la domination, la gloire sont les valeurs de l’ordre de l’extériorité (ou de la chair) auxquelles il faut ajouter les valeurs de l’ordre de l’intériorité (ou de l’esprit), relevant elles aussi d’une concupiscence que Pascal, à la suite de St Augustin, définit comme orgueil et curiosité. Cette première réponse demeure cependant imparfaite parce qu’elle n’engage pas la nature de la personne. Pascal envisage le concept en son sens premier, celui de la règle de conformité au droit de chacun, de la volonté constante et perpétuelle de donner à chacun ce qui lui appartient. En droit positif, il serait un pur usurpateur et Pascal ne veut pas laisser supposer que c’est le cas des souverains réels de l’histoire. » C’est donc finalement un roi des illusions ou une illusion de roi car il tire sa force de biens périssables, fruits du hasard, dont la possession est loin d’être pérenne. Pascal mobilise ici le secours de l’imagination dont un de ses grands thèmes est de souligner la puissance. À la suite du Siracide3, Pascal sait que les biens terrestres sont périssables, que leur désir désordonné conduit à « la violence » et à « la vanité » au péril de l’âme immortelle4. Crime d’anachronisme, j’ai voulu traiter Pascal comme s’il parlait aujourd’hui ! 7 Est-ce à imputer à Nicole plutôt qu’à Pascal ? Il n’y a de salut que par le don divin de la grâce. Je ne vous refuserai point les cérémonies que mérite votre qualité de duc, ni l’estime que mérite celle d’honnête homme. Use features like bookmarks, note taking and highlighting while reading Trois discours sur la condition des grands (French Edition). » Voilà en quoi consiste la justice de ces devoirs. Et ainsi il peut assurer que ce sont au moins ses pensées et ses sentiments… ». 4 « Où est le bénéfice si l’on gagne le monde entier mais qu’on se détruit soi-même ? Pour le fond, c’est une autre histoire. Le troisième est un appel raisonnable à la modération du désir de s’approprier, de consommer, de détruire des ressources, à l’engagement personnel au service du bien commun. Ce qui est par nature est indépendant de la relativité et de l’arbitraire humains. En revanche du point de vue de l’ordre de la supériorité véritable, les ordres civils sont des figures de désordre et d’injustice. Il faut reconnaître une justice des conventions sociales même s’il convient de la faire avec ce que Pascal appelle « la pensée de derrière » c’est-à-dire avec ce recul permettant de ne pas confondre les ordres et donc de « ne pas concevoir quelque qualité réelle en ceux que nous honorons de cette sorte ». Dès lors qu’on se préoccupe du salut existentiel, que celui-ci soit pensé en termes philosophiques ou en termes religieux, et qu’on ne s’abandonne pas à un romantisme politique (la cité de Dieu sécularisée), on ne peut que pointer les limites de la sphère politique, fût-elle démocratique, au regard de l’accomplissement visé. 1) Le thème de ce premier discours est la condition des Grands et à travers elle la condition humaine. Au fond la méconnaissance de  l’hétérogénéité des ordres conduit à faire preuve d’injustice au sens pascalien. Pour entrer dans la véritable connaissance de votre condition, considérez-la dans cette image : Un homme est jeté par la tempête dans une île inconnue, dont les habitants étaient en peine de a)      Figures de la corruption de notre nature : la souveraineté de l’ordre naturel. Il s’agit de combler un manque d’être, de tenir en respect une angoisse existentielle, le désir de grandeur, d’estime étant, lui aussi, un moyen de masquer son inconsistance et de demander aux autres la justification manquante. En effet tout homme est égal en nature : « Votre âme et votre corps sont d’eux-mêmes indifférents à l’état de batelier ou à celui de duc, et il n’y a nul lien naturel qui les attache à une condition plutôt qu’à une autre. Car si l’institution sociale est de pure convention, les conventions sociales sont présentées ici comme cautionnées par la loi divine ou loi naturelle. Naissance ou élection ne confèrent aucun droit de propriété. Les « Trois discours sur la condition des grands » sont des discours que Pascal aurait donné au futur duc de Chevreuse Charles-Honoré d'Albert, vers 1660. Elle n’est plus circonscrite au respect scrupuleux de la règle, elle s’accomplit dans l’ordre de la « charité » au point de rendre la règle inutile comme l’avait exprimé Augustin d’Hippone dans Dix traités sur l’épître de Saint-Jean aux Parthes : « Aime et fais ce que tu veux ». Vous tenez, dites-vous, vos richesses de vos ancêtres, mais n’est-ce pas par mille hasards que vos ancêtres les ont acquises et qu’ils les ont conservées ? Discours Sur Les Passions De L'Amour En savoir plus > Trois discours sur la condition des Grands/Six liasses extraites des «Pensées» En savoir plus > La nécessité du pari En savoir plus > Pensees (Les Philosophes - La Morale Et La Doctrine) / 2 Cd En savoir plus > Les pensees par michel duchaussoy En savoir plus > Les Pensees De Pascal En savoir plus > « C’est ainsi » mais cela pourrait être autrement. le paradoxe serait donc que malgré la position « injuste des Grands (dû au hasard de leur statut social) il faut cependant les respecter pour ne pas créer le désordre, la guerre civil ect.? cela rejoint donc la « raison des effets »? L’expérience montre en effet qu’un Hitler ou un Staline ont suscité l’estime alors qu’un Jésus a dû essuyer les quolibets de la foule. Que cet accord se réalise sur le principe démocratique de la majorité ou sur le principe monarchique de la souveraineté de droit divin peu importe. Commentaire du texte extrait de: Trois discours sur la condition des Grands de Blaise Pascal (GF 2011) p252 253" Il y a dans le monde deux sortes de grandeurs; car il y a des grandeurs d'établissement et des grandeurs naturelles. Ce sont « les cordes de l’imagination » (selon son expresion) qui font tenir n’importe quel ordre, l’ordre démocratique comme les autres. 2°) Justification du paradoxe : la confusion des ordres. Ne leur découvrez pas cette erreur, si vous voulez, mais n’abusez pas de cette élévation avec insolence, et surtout ne vous méconnaissez pas vous-même, en croyant que votre être a quelque chose de plus élevé que celui des autres. On entend par « effectivité » la capacité de produire des effets, de s’attester concrètement. Grandeurs naturelles, grandeurs d’établissement. En droit, ce qui est fondé en nature est ce qui est fondé en raison. Dieu est environné de gens pleins de charité, qui lui demandent les biens de la charité qui sont en sa puissance ainsi il est proprement le roi de la charité. Présentation du chapitre XXV: le plaisir. Il a voulu que l’homme puisse exercer librement sa vertu dans la gestion des biens terrestres et qu’il concoure au bien commun par leur partage. La justice est le nom que les hommes donnent au système qui les comble sur tous ces points. Avec Pascal, ce grand pessimiste qui croyait au Royaume de Dieu (un paradoxe de plus!) c)      La subversion de la raison par l’imagination. Informations sur Trois discours sur la condition des grands : et six liasses extraites des Pensées (9782070339150) de Blaise Pascal et sur le rayon Philosophie, La Procure. Dans « sa condition naturelle », tout homme naît nu. La crise des significations imaginaires sociales. St augustin le dit magnifiquement dans le jeu d’oppositions qu’il construit. S’il leur avait plu d’ordonner que ces biens, après avoir été possédés par les pères durant leur vie, retourneraient à la république après leur mort, vous n’auriez aucun sujet de vous en plaindre.».